Fort de Vaujours: contamination radioactive en IDF
Par Sauvons la Dhuis
Contre Placoplatre (Saint Gobain)
 
11672 € sur 6950 €
Courtry, France
Contamination radioactive
333 contributeurs
  • Le projet
  • Actualités
    2
  • Soutiens
  • Témoignages
L’histoire en étapes
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Pourquoi ce projet de contentieux

Le Fort de Vaujours est un site aux portes de Paris, à cheval entre les départements de la Seine-Saint-Denis (93) et de Seine-et-Marne (77) . Utilisé pendant plus de quarante ans par le Commissariat à l’Energie Atomique (CEA), il est contaminé radioactivement suite à la multitude d’expériences qui ont abouti aux développements des détonateurs des bombes atomiques de l’armée Française. Malgré les preuves de la contamination et les doutes des autorités compétentes, la société Placoplatre (Saint-Gobain) désire exploiter les sous-sols du Fort de Vaujours, à l'abri des regards.

Ce projet titanesque et hasardeux est susceptible de provoquer des atteintes sévères à la santé des travailleurs et des populations riveraines.

La fédération d’associations Environnement 93 (membres du collectif Sauvons la Dhuis) a décidé d’agir en justice pour stopper ce projet et vous invite à y prendre part grâce à Citizencase, une plateforme de financement participatif pour un meilleur accès à la justice des associations.

Quarante années d’expérimentations en banlieue Parisienne

Situé aux portes de Paris, le Fort de Vaujours a été utilisé de 1955 à 1997 par le Commissariat à l'Energie Atomique (CEA) pour y développer les détonateurs des bombes atomiques de l'armée Française. Si vous n'avez pas été en mesure d'assister à la diffusion du reportage « Pollution des sols, le scandale caché », vu par plus d'un million de téléspectateurs, en date du 20 janvier dernier sur France5, voici l'extrait sur le Fort de Vaujours

Les expérimentations toujours classées « secret défense » consistaient, entre autres, à tester la déformation de métaux au contact de l’explosif. Le CEA a donc pratiqué sur ce site des tirs à l’air libre et/ou en casemates laboratoires avec de l’uranium, du béryllium, du plomb, etc.

Pour concevoir les explosifs chimiques des détonateurs, le CEA a utilisé des produits particulièrement toxiques dont certains nécessitaient d’être manipulés en scaphandre.

Si l’on ajoute à cela la présence avérée de munitions non explosées datant de la seconde guerre mondiale, le Fort de Vaujours est un site particulièrement sensible dans une zone fortement urbanisée.

Grâce aux actions que nous avons menées en 2014, il est désormais avéré que le Fort est bel et bien contaminé à l'uranium, un toxique chimique présentant une très forte radiotoxicité par inhalation. Ainsi une exposition par contamination interne peut avoir sur le long terme des effets sur la santé tels que des cancers et des leucémies. Cela bien sûr n’exclut pas les autres risques liés aux pollutions chimiques, aux métaux lourds et aux munitions non explosées.

Des pollutions radioactives 70 fois supérieures au bruit de fond, liées à la présence d’uranium ont donc été confirmées le 25 février 2014 en présence de la CRIIRAD (Commission de Recherche et d'Information Indépendantes sur la Radioactivité), l’ACRO (Association pour le Contrôle Radioactivité dans l'Ouest) , l’IRSN (Institut de Radioprotection et de Sureté Nucléaire) et l’ASN (Autorité de Sureté Nucléaire).

Un projet à très hauts risques

Le Fort de Vaujours a été racheté en 2010 par la société BP Placo (anciennement Placoplatre), filiale du groupe Saint-Gobain. Cette société, leader dans la fabrication de matériaux à base de plâtre (notamment le fameux « placo » très utilisé pour les cloîsons intérieures, isolations, etc.), désire détruire la colline pour y exploiter les sols riches en gypse afin d’alimenter son usine de fabrication de Vaujours (93).

Ce projet titanesque et hasardeux  nécessite le démantèlement de plusieurs centaines de bâtiments et d’infrastructures techniques enfouies, le déplacement de millions de m3 de terres potentiellement contaminées. Ce projet est susceptible de mettre en danger la santé des travailleurs et des populations riveraines.

Sans tenir compte des avertissements lancés par les associations depuis 2011, de mars à mi-mai 2014, Placoplatre a fait procéder à une première tranche de démolition de bâtiments, de mars à mi-mai 2014, sans attendre l’avis de l’ASN et de l’IRSN.

Dans un rapport particulièrement accablant, rendu publique le 2 juillet 2014, l'IRSN a accusé Placoplatre d'avoir retenu une méthodologie incapable de détecter les contaminations à l'uranium du Fort et incapable "d'écarter la présence d'une contamination résiduelle susceptible de générer une exposition interne par inhalation ou ingestion involontaire des travailleurs".

L'IRSN a estimé ne pas être "en mesure de se prononcer sur le bien-fondé de l'approche retenue pour prévenir des risques d'exposition des travailleurs et du public". Elle a enfoncé le clou en précisant qu'il n'y a eu "aucune évaluation des risques d'exposition interne, ni de disposition opérationnelle particulière qui permettrait de le prévenir".

L'IRSN a ajouté qu'il n'y a eu "aucune disposition de protection particulière visant à éviter la dissémination des poussières dans l'environnement lors des travaux" avant d'affirmer que le dossier de Placoplatre ne "permet pas d'apprécier le caractère probable ou non d'une contamination des bâtiments selon leur usage passé".

Sous la pression de notre mobilisation et de la CRIIRAD, l’IRSN a enfin su prendre une partie de ses responsabilités, alors qu’elle a minimisé pendant des années la contamination du site.

Bloquées à la demande des services de l’Etat, les démolitions des bâtiments sont en passe de reprendre avec le soutien de l’IRSN et de l’ASN.

Tout faire pour arrêter ce projet

Dans les plus brefs délais, nous devons faire tout ce qui est nécessaire et indispensable pour que ce projet à très hauts risques de Placoplatre soit abandonné, afin de garantir la santé des travailleurs et des populations riveraines.

La fédération d’associations Environnement 93, membre du collectif « Sauvons la Dhuis » à l’origine de la pétition sur Change.org demandant la vérité sur le Fort de Vaujours et déjà signée par plus de 90.000 personnes en 2014, a décidé d’agir en justice pour que ce projet soit reconnu comme une mise en danger de la vie d’autrui et définitivement abandonné.

Environnement 93 vous invite à y prendre part dans le cadre d’une campagne de collecte de fonds sur Citizencase.

Cette campagne de collecte de soutiens devrait permettre à l’association de préparer les recours juridiques à venir, et mettre ainsi un terme au projet de Placoplatre.

Donner, c’est participer à la construction d’un modèle alternatif, respectueux de l’environnement, soucieux de la santé des personnes et de votre droit à l’information.

Donner, c’est suivre de près toute l’actualité de ce dossier. Donner, c’est déjà agir ! Votre soutien nous est précieux !

Présentation de l’association

 

Environnement 93, né en 1986, est un collectif départemental agréé des Associations de défense de l’Environnement en Seine-Saint-Denis; il regroupe 20 associations locales représentant 1400 adhérents individuels. Ce collectif porte juridiquement le dossier, pour collectif Sauvons la Dhuis dont il fait partie.

 

Il a pour mission de conforter et favoriser le dialogue de l’ensemble de ces associations qui s’attachent aux problématiques de protection de l’environnement. Environnement 93 est une force de proposition auprès de l’état et des collectivités territoriales, mais aussi un vecteur d’information auprès du grand public sur les enjeux environnementaux et les politiques de développement durable.

 

Les actions de l’association se concrétisent sur le terrain par :

  • Une participation aux instances départementales organisées autour du préfet et du Conseil Général de Seine-Saint-Denis.
  • Une participation aux débats concernant le département dans le cadre des schémas de développement régionaux et nationaux.
  • Une participation et une implication dans les débats locaux en lien avec les collectivités territoriales.
  • Un engagement avec les fédérations régionales (Ile de France Environnement) et nationales (France Nature Environnement).
  • L’organisation d’opérations de terrain auprès des citoyens et de débats publics réalisés par l’association elle même et les associations affiliées.
  • Environnement 93 apporte et permet l’échange de compétences et d’expériences avec l’ensemble des associations affiliées.

 

Le collectif Sauvons la Dhuis est constitué des associations suivantes :

  • Villevaudé… Demain
  • Les Abbesses de Gagny-Chelles
  • Environnement 93
  • UNION DES FAMILLES LAÏQUES DE MARNE ET CHANTEREINE (UFAL)
  • Les Amis de Carnetin
  • AJT Rando
  • Marne et Gondoire à Vélo
  • Association de Défense de l’Environnement du Bois Fleuri (ADEBF)

 

 Nom de l'association : Environnement 93
 Siège : 11, allée des Sources 93 220 GAGNY
 Représentant :
 Catégorie : Collectif d'associations environnement dans le 93
Quelles autres solutions pourraient être envisagées ?

Le collectif Sauvons la Dhuis demande la vérité sur les pollutions du fort de Vaujours et donc qu’une réelle étude d’impact indépendante sur les risques pouvant nuire à la santé des populations locales et des travailleurs soit réalisée par des organismes tels que la CRIIRAD (Commission de Recherche et d’Information Indépendante sur la Radioactivité).

 

Il demande également la vérité sur les cas possibles de cancers, particulièrement élevés autour du Fort de Vaujours, en lien avec site.

A quoi va servir le financement

Il servira à soutenir l’action en justice d’Environnement 93 visant l’abandon du projet de Placoplâtre sur l’emprise du Fort de Vaujours.

 

La première action à mener sera de faire condamner Placoplâtre pour mise en danger de la vie d’autrui lors de la réalisation de la première tranche de démolitions des bâtiments du fort de Vaujours effectuée sans attendre l’avis de l’ASN et de l’IRSN, dont le rapport, quelques mois après, a été particulièrement accablant pour l’entreprise (voir plus haut).

 

Palier 1 : 6 950 euros

 

Ce montant global, correspondant aux  frais directs liés aux actions juridiques engagées :

 

  • les frais relatifs aux honoraires des avocats intervenants dans ce dossier (5500 euros);
  • les frais de reprographie des nombreux mémoires et de leurs pièces-jointes très volumineuses, les frais postaux, etc. (700 euros);
  • les frais de gestion du projet en interne de l’association Environnement 93 et sur Citizencase (500 euros pour E93. 250 euros pour Citizencase.)

 

Citizencase budget action juridique Environnement 93 fort Vaujours

 

Palier 2 : 8 500 euros

Osons donner davantage de moyens à Environnement 93. Cette première étape peut être longue. Les résultats des actions juridiques ne sont jamais connus à l’avance et les rebondissements parfois nombreux. Aussi, ce deuxième pallier, s’il est atteint, donnera encore plus de confort à l’association pour suivre ce dossier.

 

Palier 3 : 10 000 euros

Les preuves sont nombreuses et l’investigation rigoureuse. Alors soyons fous. Atteignons ce 3ème palier pour remercier Environnement 93 qui fait un travail formidable, depuis de nombreuses années, pour informer localement sur les dangers que représentent le projet de Placoplâtre.

 

Environnement 93 s’engage à utiliser l’ensemble des fonds supplémentaires collectés sur Citizencase pour l’action juridique présentée ici.

La presse parle de notre projet
  • Fort de Vaujours : une pollution radioactive 10 à 20 fois supérieure à la normale
    Le Parisien - 15/04/2014
    L'Autorité de sûreté nucléaire vient de publier, ce mardi, les résultats des mesures de radioactivité du site du Fort de Vaujours, à l'est de Paris
  • Fort de Vaujours : Placo prié de revoir sa copie
    Le Parisien - 03/07/2014
    Dans un avis rendu le 13 mai dernier mais publié seulement hier, l'ASN estime que « les documents transmis par Placoplatre demeurent imprécis sur les dispositions envisagées en matière de radioprotection des travailleurs et de surveillance de l'environnement
  • Les associations écartées de la commission de suivi
    Le Parisien - 24/06/2014
    Les principaux contradicteurs du projet de Placoplâtre, dont le collectif Sauvons la Dhuis et la Criirad, ne font pas partie des associations invitées à participer à cette commission de suivi.
  • 500 manifestants contre la carrière au fort de Vaujours
    Le Parisien - 19/05/2014
    A l'appel de l'association Sauvons la Dhuis et d'EELV 93, 500 manifestants ont réclamé l'arrêt des démolitions engagées par Placoplâtre.
  • Cancers : l’ex-site atomique pointé du doigt
    Le Parisien - 15/01/2014
    Un collectif d’associations demande que toute la lumière soit faite sur la probable radioactivité du fort de Vaujours qui pourrait être à l’origine d’un taux de décès par cancer anormalement élevé dans le secteur.
L'internaute peut-il bénéficier d'une réduction d'impôt sur le revenu ?

 

Environnement 93 est une association à but non lucratif et son activité revêt le caractère d’intérêt général. Les versements sous forme de dons vous permettent de bénéficier d’une réduction d’impôt sur le revenu à hauteur de 66 % dans la limite des 20 % du revenu imposable. Pour pouvoir en bénéficier, nous vous invitons à demander un reçu au titre des dons directement auprès de l’association. Afin d’obtenir un reçu fiscal, vous devez vous munir de votre e-mail de validation qui vous sera envoyé par Ulule.

À propos de votre don

 

Effectuer des versements sous forme de dons à certains organismes ayant un caractère d’intérêt général peut vous permettre de bénéficier d’une réduction d’impôt sur le revenu. Pour en savoir plus

 

L’organisme doit respecter les trois conditions suivantes, comme définies à l’article 200 du code général des impôts, afin d’être considéré d’intérêt général. L’association le signifie le cas échéant au moment du dépôt du dossier sur la plateforme. L’organisme doit être une association à but non lucratif. Elle doit avoir un objet social et une gestion désintéressés. Elle ne doit pas fonctionner au profit d’un cercle restreint de personnes.

 

La technologie informatique utilisée actuellement par Citizencase protège les données renseignées par les donateurs. Il est donc nécessaire de demander un reçu fiscal à l’association à laquelle vous avez donné, en leur transmettant votre e-mail de validation.

Soutenir à la hauteur de
5 €
Soit 1.7 € après la déduction
Soutenir à la hauteur de
10 €
Soit 3.4 € après la déduction
Soutenir à la hauteur de
20 €
Soit 6.8 € après la déduction
Soutenir à la hauteur de
50 €
Soit 17 € après la déduction
Soutenir à la hauteur de
100 €
Soit 34 € après la déduction