Les poisons d’une mine abandonnée
Par Générations Futures
Contre Plainte contre X
 
5790 € sur 5750 €
Saint-Félix-de-Pallières, France
Pollution des sols et de l'eau
181 contributeurs
  • Le projet
  • Actualités
    1
  • Soutiens
  • Témoignages
L’histoire en étapes
 
 
 
 
 
Pourquoi ce projet de contentieux

La commune de Saint-Felix-de-Pallières est située dans les Cévennes, près d’Anduze dans la vallée du Gardon. Entre 1848 et 1971 des mines de zinc et de plomb y ont été exploitées. Jusqu’à 150 personnes ont travaillé sur ce site. La mine de la Croix de Pallières, entre St-Felix et Thoiras, a produit 80 000 tonnes de zinc et 34 000 tonnes de plomb pendant cette période. On en a extrait également 520 tonnes de cadmium, 30 tonnes d’argent et 28 tonnes de germanium. Après la fermeture des mines, ce sont près de 2 millions de tonnes de déchets de mines contaminés qui se sont retrouvés sur ce site, dont la moitié sur une gigantesque digue à stériles. À ces déchets s’ajoutent quelques 600 000 autres tonnes de stériles (c'est-à-dire les résidus miniers restant après l'extraction des minerais) sur un site situé environ 1 km au sud, à la mine Joseph, sur la commune de Saint-Felix.

CONTAMINATION DES ZONES PROCHES DE LA MINE

Ce n’est qu’en 2008 que la communication d’un premier rapport, commandé en 2004, communiqué aux mairies de Saint-Félix-de-Pallières et de Thoiras en décembre 2008, montre la contamination de nombreux points de la zone par de l’arsenic, de l’antimoine du zinc ou du plomb, en quantités très importantes dans certains lieux. Les eaux, notamment des ruisseaux voisins, sont elles aussi contaminées par ces mêmes résidus toxiques à des quantités parfois des dizaines de fois supérieures aux valeurs maximales autorisées.

UN SITE DANGEREUX POUR LES HABITANTS ET TOURISTES :

Un rapport rédigé par deux experts, toxicologues, et un ingénieur, n’hésite ainsi pas à conclure à un risque pour les personnes vivant dans cette zone, et notamment les enfants.

Et pourtant de nombreuses personnes et familles vivent sur une partie de ce site. De plus, rien n’est fait pour en empêcher l’accès à des touristes, promeneurs ou chasseurs. Aucune mesure d’envergure n’est prise pour gérer et réduire le risque sanitaire couru actuellement par les personnes sur ce site. En effet, des cancers et des accidents vasculaires cérébraux ont frappé les familles résidant aux alentours. Le problème est pourtant connu des pouvoirs publics. Mais rien n'a été entrepris, sinon l'envoi, au premier trimestre 2014, de simples recommandations d'hygiène, alors que le rapport de ces experts mentionne des "manquements graves de l’État et de ses administrations décentralisées".

GÉNÉRATIONS FUTURES VEUT METTRE FIN À CETTE INACTION, ET VA DONC PORTER PLAINTE :

Devant une situation qui semble bloquée, et constatant l’inaction autour de ce dossier, Générations Futures a décidé de porter plainte contre X pour mise en danger de la vie d’autrui, blessures involontaires et pollution des eaux.

La plainte sera portée par Maître Bertella-Geffroy, avocate au barreau de Nanterre et ancienne juge d’instruction au pôle de santé publique de Paris. Des expertises in situ réalisées par un expert agréé auprès la Cour de Cassation, complétées par des analyses en cours auprès d’un laboratoire, de prélèvements de cheveux, de poils d’animaux, sabots, plantes, viendront compléter le dossier pour caractériser le niveau d’exposition des habitants, puis les graves préjudices pour certains d’entre eux.

L’association locale ADAMVM (Association pour la Dépollution des Anciennes Mines de la Vieille Montagne) s'associe à la plainte portée par Générations Futures.

Présentation de l’association

Générations Futures est une association de défense de l’environnement agréée par le ministère de l’écologie depuis 2008 (renouvellement obtenu en 2014), et reconnue d’intérêt générale. L’association a été fondée en 1996 par un ingénieur agronome et un enseignant, François Veillerette, coauteur  de l’ouvrage de référence « Pesticides, révélations sur un scandale français ».

Générations Futures mène des actions (enquêtes, colloques, actions en justice, campagne de sensibilisation…) pour informer sur les risques de diverses pollutions et promouvoir des alternatives à ces produits menaçants la santé et l’environnement.

 Nom de l'association : Générations Futures
 Siège : 179 rue Lafayette
 Représentant : Maria Pelletier
 Catégorie :
A quoi va servir le financement

Générations Futures est une association de défense de l’environnement agréée par le ministère de l’écologie depuis 2008 (renouvellement obtenu en 2014), et reconnue d’intérêt générale. L’association a été fondée en 1996 par un ingénieur agronome et un enseignant, François Veillerette, coauteur  de l’ouvrage de référence « Pesticides, révélations sur un scandale français ».

Générations Futures mène des actions (enquêtes, colloques, actions en justice, campagne de sensibilisation…) pour informer sur les risques de diverses pollutions et promouvoir des alternatives à ces produits menaçants la santé et l’environnement.

Le financement servira à couvrir pour partie les frais d’avocats, d’expert et de laboratoire, la prise en charge sur Citizencase et les frais de commissions liés à l’utilisation de la technologie de financement participatif de la plateforme Ulule. Le montant souhaité est de 5750 euros, répartis comme suit :

Repartition-budget

La presse parle de notre projet
  • Cévennes : révélations sur une pollution cachée
    France 3 - 20/01/2016
    Le sujet reste tabou. Tout près du parc national des Cévennes, la terre et les rivières sont contaminées par des métaux lourds comme l’arsenic ou le plomb. Une pollution aux conséquences graves pour l’homme, due à plus de cent ans d’exploitation minière à échelle industrielle. La multinationale belge Umicore a fermé la dernière fosse en 1971, mais la pollution demeure. Combien de personnes contaminées parmi les 6 000 habitants de la région ? Il n’existe aucune étude officielle, même si, pour les scientifiques, le lien entre le nombre élevé de cancers dans cette région et la pollution ne fait aucun doute. "Pièces à conviction", mercredi 20 janvier à 23h15, sur une pollution "secrète".
  • Scandale environnemental à la porte des Cévennes
    FRI - 11/07/2014
    RFI a enquêté à Saint-Félix-de-Pallières et à Thoiras, dans le sud des Cévennes, en France, sur la gestion de l'héritage industriel minier. La région est belle, mais empoisonnée par les anciennes mines, qui sont une menace pour la santé des habitants. Une pollution dissimulée depuis quarante ans.
  • Dangerosité de l’ancienne mine de Saint-Félix-de-Pallières
    Midi Libre - 05/07/2011
    Au premier abord, le lieu a l'air bien inoffensif. Presque bucolique entre les pins et la garrigue. Et pourtant la lecture du rapport Géodéris est sans équivoque sur la dangerosité de l'ancienne mine de Saint-Félix-de-Pallières, au-dessus d'Anduze. Arrêtée dans les années 70, l'exploitation de la mine laisse un lourd héritage.
  • Saint-Félix-de-Pallières: Arsenic et vieilles poubelles
    Libération - 12/03/2013
    Depuis la fermeture des mines cévenoles en 1971, aucune opération de dépollution n’a été entreprise. Malgré des rapports alarmants, l’Etat tarde à prendre en compte la toxicité d’un site où teufeurs et villageois cohabitent sous tension.
  • L’appel à l’aide d’habitants des Cévennes
    France Info - 30/01/2016
    L’association "Générations Futures" soutient des habitants des Cévennes et lance une collecte pour financer leur combat. Leur but : mettre fin à des décennies de pollution des anciennes mines de la région.
  • Mines cévenoles: une population plombée de métaux lourds
    Le Journal de l'environnement - 12/02/2016
    Les résultats sont tombés jeudi 11 février: 46 habitants de cinq communes des Cévennes gardoises, parmi les 675 ayant accepté les tests proposés par les autorités, vont bénéficier d’un suivi médical personnalisé en raison d’une forte imprégnation par les métaux lourds. En cause, une pollution élevée liée à la présence de deux anciens sites miniers.
L'internaute peut-il bénéficier d'une réduction d'impôt sur le revenu ?

Générations Futures est une association à but non lucratif et son activité revêt le caractère d’intérêt général. Les versements sous forme de dons vous permettent de bénéficier d’une réduction d’impôt sur le revenu à hauteur de 66 % dans la limite des 20 % du revenu imposable. Pour pouvoir en bénéficier, nous vous invitons à demander un reçu au titre des dons directement auprès de l’association. Afin d’obtenir un reçu fiscal, vous devez vous munir de votre e-mail de validation qui vous sera envoyé par Ulule.

À propos de votre don

Effectuer des versements sous forme de dons à certains organismes ayant un caractère d’intérêt général peut vous permettre de bénéficier d’une réduction d’impôt sur le revenu. Pour en savoir plus

L’organisme doit respecter les trois conditions suivantes, comme définies à l’article 200 du code général des impôts, afin d’être considéré d’intérêt général. L’association le signifie le cas échéant au moment du dépôt du dossier sur la plateforme. L’organisme doit être une association à but non lucratif. Elle doit avoir un objet social et une gestion désintéressés. Elle ne doit pas fonctionner au profit d’un cercle restreint de personnes.

La technologie informatique utilisée actuellement par Citizencase protège les données renseignées par les donateurs. Il est donc nécessaire de demander un reçu fiscal à l’association à laquelle vous avez donné, en leur transmettant votre e-mail de validation.

Soutenir à la hauteur de
5 €
Soit 1.7 € après la déduction
Soutenir à la hauteur de
10 €
Soit 3.4 € après la déduction
Soutenir à la hauteur de
20 €
Soit 6.8 € après la déduction
Soutenir à la hauteur de
50 €
Soit 17 € après la déduction
Soutenir à la hauteur de
100 €
Soit 34 € après la déduction